11e GAMIQ – Nominations

La liste des nominations de la 11e édition du Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ) a été dévoilée le 27 septembre dernier. Intéressant d’y retrouver plusieurs artistes qui sont également nommés à l’ADISQ. Koriass, Sarah Toussaint-Léveillée, Brown, Safia Nolin, Laurence Nerbonne, Philémon Cimon, Les Goules, Jason Bajada, Les Revenants, Tomas Jensen, Les Hôtesses d’Hilaire, Bernhari, Half Moon Run, Nicolas Pellerin & les Grands Hurleurs, Musique à Bouche et Misc se retrouvent nommés dans les deux galas.

Dans la catégorie Révélation de l’année, trois des cinq nommés ne m’étaient pas familiers. J’ai décidé de les découvrir.

Ariane Zita : Il y a quelque chose de très apaisant dans sa voix et dans sa musique. C’est un album qui va se retrouver dans ma liste d’écoute automnale. Elle est aussi nommée dans la catégorie de l’Album pop de l’année pour Oui mais non.

Laura Sauvage : Elle est aussi nommée pour l’Album rock de l’année avec Extraordinormal et pour le EP Rock de l’année avec Americana Submarine. Sa musique est rock mais avec un petit côté folk par moment. J’aime beaucoup la sonorité de son album. Elle va aussi se retrouver dans ma liste d’écoute automnale.

Bermudes: Avec leur mini-album Filles allégoriques, le groupe est nommé aussi dans la catégorie EP Rock de l’année. C’est un rock mordant, mais pas trop. J’aime beaucoup ce que j’entends.

Les deux autres nommés dans cette catégorie : Laurence Nerbonne et Paupière.

Les nominations sont…
Voici quelques-unes des catégories du gala. La liste complète se trouve sur le site Projet Papineau.

Album pop de l’année : 
* Ariane Zita – Oui mais non
Jason Bajada – Volcano
* Laurence Nerbonne – XO
* Pépé et sa guitare – Tout l’monde veut jouer avec Pépé
* Rosie Valland – Partir avant

Album rap de l’année:
* Arthur Comeau – Prospare
* Brown – Brown
* Koriass – Love Suprême
* Dead Obies – Gesamtkunstwerk
* Toast Dawg – Brazivilain Vol. II

Prix du public :
* Dead Obies
* Les Goules
* Augustine
* Chantal Archambault
* Crabe
* Friends of all the world
* Pépé et sa guitare
* RBV
* Sarah Toussaint-Léveillée
* Whisky Legs

Spectacle de l’année :
* Alexandre Désilets
* Dead Obies
* La Bronze
* Les Goules
* Les Hôtesses d’Hilaire

Auteur-compositeur de l’année :
* Marie-Ève Roy
* Mathieu Bérubé
* Philémon Cimon
* Rosie Valland
* Safia Nolin

La remise des prix Lucien
C’est le 27 novembre prochain au Lion d’Or que les gagnants seront dévoilés. Il est possible de se procurer des billets pour y assister. C’est le duo Sexe Illégal qui animera cette soirée et deux membres du groupe Brown assureront l’animation musicale (Toast Dawg et Snail Kid).

Du côté des performances musicales : Ariane Zita, Le Couleur, La Bronze, Laura Sauvage, Krief, O Linea, Simon Kingsbury, Les Indiens, Never More Than Less ainsi que UUBBUURRUU monteront sur scène.

En attendant ce rendez-vous de la scène musicale indépendante, le public est invité à voter pour le 2e tour dans les catégories du Spectacle de l’année, Artiste de l’année, Révélation de l’année, Vidéoclip de l’année, Couverture de  (pochette d’album), Festival de l’année, Média de l’année, Salle de spectacle de l’année et évidemment, le Prix du public. Le vote du public vaut pour 50% dans les 8 premières catégories ci-haut nommées. L’autre 50% sera le vote du jury.

Gainsbourg, pour toujours

Stefie Shock a certainement les traits ressemblants du grand Gainsbourg pour l’attitude et pour le style musical… mais l’hommage rendu lundi soir dernier, le 13 juin, sur la scène Bell était, à mon avis, maladroit et malaisant par moment. Pourtant, les arrangements qu’il a fait des grandes chansons de Gainsbourg, sont magnifiques.

Plusieurs critiques ont adoré ce spectacle spécialement conçu pour les FrancoFolies, afin de célébrer les 25è anniversaire du décès de ce grand artiste. À les lire, je me suis dit que le résultat devait être plus intéressant de leur point de vue (coin médias) que du point de vue de la foule rassemblée derrière le caméraman central… Il faut dire que le spectacle et la mise en scène étaient plus convaincants sur les grands écrans.

J’ai trouvé que les chanteuses s’enchaînaient sans réelle cohésion…Comme si elle ne faisait que passer par là. Enfin, les diverses interprètes arrivaient sur scène, effectuaient leur tour de chant et puis partaient. Certaines sont revenues pour une autre chanson. L’une d’entre elles a osé lancer un “Rebonsoir !” avant d’entamer son 2e duo avec Stefie Shock. Parce que oui, j’avais l’impression que les belles n’avaient pas le droit de parler. Seulement de chanter. Un simple bonsoir peut être apprécié. Ou encore un “merci” pendant les applaudissements.

Pendant certaines interprétations, on avait l’impression d’être dans un karaoké géant, où il ne nous manquait que les paroles défilant sur le grand écran. Apparemment, Stefie Shock avait prévenu qu’il pourrait lire ses notes de temps en temps… Mais lire les paroles pendant les chansons ?! Et la disposition des lutrins avec les feuilles amenaient les interprètes à regarder dans des sens opposés au lieu de regarder l’un vers l’autre. L’effet intimiste des chansons de Gainsbourg n’était pas mis à sa juste valeur.

Parmi les belles de Stefie Shock, quelques-unes avaient participé à l’album sorti il y a quelques mois. Les diverses interprètes de la soirée étaient : Stéphanie Lapointe, Pascale Bussières, Sophie Beaudet (magnifique dans Dépression au-dessus du jardin), Suzy McLelove, Fanny Bloom (une des meilleures de la soirée), Gaële, Valérie Carpentier (qui semble avoir été celle qui a le plus charmé l’audience),  Sonia Cordeau, Anne-Elizabeth Bossé, Laurence Nerbonne, Justine Laberge (épatante dans Laisser tomber les filles et Tandem) et Caroline Dhavernas (que je n’ai pu entendre car j’ai quitté avant la fin).

Au moment où j’ai décidé de quitter l’endroit, le chanteur invitait Sonia Cordeau (Les Appendices) a le rejoindre sur scène. Je me suis arrêtée devant un écran géant à la sortie pour voir ce qu’ils allaient chanter. Malaise. Le duo allait interpréter Bonnie & Clyde. Mais avant de commencer, Stefie Shock précise que le tout est une mise en scène et il en profite pour envoyer ses pensées aux habitants de Orlando. Et on entend, comme effet sonore, des coups de feu, pour bien recréer la manière qu’ont perdu la vie les légendes. Et commence cette mise en scène, où les deux interprètes sont couchés sur un tapis rouge, abattus, mais chantants… Les effets sonores auraient pu prendre le bord, le numéro aurait quand même fait effet. Couchés par terre, quand les spectateurs regardent directement sur la scène, l’effet est nul. Peut-être que de la vue des médias, ceci était magnifique, mais de mon point de vue, non. Déjà, sur l’écran géant, ça passait mieux… mais encore…

Bref, bien que j’aime l’œuvre de Gainsbourg et les arrangements qu’en a fait Stefie Shock, j’ai gardé un goût amer de ce spectacle. Mes coups de cœur de la soirée : Stéphanie Lapointe,  Fanny Bloom, Sophie Beaudet et Justine Laberge.

JONATHAN PAINCHAUD ET SON ROCK

Un peu plus tôt, j’ai assisté au spectacle de Jonathan Painchaud qui avait lieu sur la scène Ford. C’était tout un show et c’est avec ça que j’aurais terminé ma soirée musicale lundi soir dernier. L’auteur-compositeur a offert plusieurs de ses grands succès dont Pousse pousse, Si t’es vivant, Les vieux chums et ses plus récents Belle infirmière et Les héros. C’est surtout les chansons qui composent son dernier opus, La tête haute, sorti plus tôt cette année que le chanteur a interprété, accompagné de ses musiciens. Certainement un artiste que je voudrai revoir en spectacle dans le futur !