L’envoûtante Rosie Valland

Ça s’est décidé mardi soir dernier. Une de mes soeurs m’a proposé d’aller voir le dernier spectacle de la tournée de Rosie Valland. J’y ai vu une belle occasion de découvrir cette artiste sur scène et, par le fait même, de fêter le début de  ma semaine de vacances.

C’est à la Sala Rossa sur le boulevard Saint-Laurent que l’auteure-compositeure-interprète a présenté ce spectacle qui clôt une tournée de plus de 60 spectacles qui l’a menée un peu partout au Québec, en France et en Belgique.

La chanteuse et ses deux musiciens, Jean-Philippe et Frédéric Levac, étaient installés au centre de la salle. Tout autour, les spectateurs étaient assis ou debout. La chanteuse a expliqué en début de spectacle qu’elle a voulu recréer l’ambiance qui règne lorsqu’elle “jam” avec ses musiciens chez elle. Une mise en scène très intimiste où on a l’impression d’avoir accès à un moment privilégié. Le trio a été rejoint pour quelques chansons par Jesse Mac Cormack, un musicien qui a beaucoup inspiré la chanteuse.

Rosie Valland a une voix qui nous accroche et qui nous fait vibrer. Elle a quelque chose qui vient nous arracher les tripes par moment. Elle a une voix qui captive autant sur disque qu’en “live”. Le spectacle n’a duré qu’une heure, on en aurait pris plus sans hésiter. J’avais entendu son album par bride. Là, j’ai pu entendre une bonne partie de celui-ci. J’ai eu un gros coup de coeur pour sa chanson Olympe qui est inspirée de Olympe de Gouges, considérée comme la première féministe française. J’ai beaucoup aimé St-Denis et sa courte chanson Sinon également.

La suite

C’est en Europe qu’elle va aller enregistrer son prochain album. Elle ne sait pas encore vers où elle ira ; qu’elle a le goût, comme artiste, d’explorer divers sons, de ne pas rester ancrée dans un style musical.

En attendant

On réécoute son excellent premier album Partir Avant, on découvre sa courte chanson Sinon (disponible en téléchargement gratuit), on écoute cette prestation enregistrée dans le cadre de l’émission BRBR présentée sur TFO et on regarde ses vidéoclips sur sa chaîne YouTube.

www.rosievalland.com
Facebook
Bandcamp
YouTube

Gainsbourg, pour toujours

Stefie Shock a certainement les traits ressemblants du grand Gainsbourg pour l’attitude et pour le style musical… mais l’hommage rendu lundi soir dernier, le 13 juin, sur la scène Bell était, à mon avis, maladroit et malaisant par moment. Pourtant, les arrangements qu’il a fait des grandes chansons de Gainsbourg, sont magnifiques.

Plusieurs critiques ont adoré ce spectacle spécialement conçu pour les FrancoFolies, afin de célébrer les 25è anniversaire du décès de ce grand artiste. À les lire, je me suis dit que le résultat devait être plus intéressant de leur point de vue (coin médias) que du point de vue de la foule rassemblée derrière le caméraman central… Il faut dire que le spectacle et la mise en scène étaient plus convaincants sur les grands écrans.

J’ai trouvé que les chanteuses s’enchaînaient sans réelle cohésion…Comme si elle ne faisait que passer par là. Enfin, les diverses interprètes arrivaient sur scène, effectuaient leur tour de chant et puis partaient. Certaines sont revenues pour une autre chanson. L’une d’entre elles a osé lancer un “Rebonsoir !” avant d’entamer son 2e duo avec Stefie Shock. Parce que oui, j’avais l’impression que les belles n’avaient pas le droit de parler. Seulement de chanter. Un simple bonsoir peut être apprécié. Ou encore un “merci” pendant les applaudissements.

Pendant certaines interprétations, on avait l’impression d’être dans un karaoké géant, où il ne nous manquait que les paroles défilant sur le grand écran. Apparemment, Stefie Shock avait prévenu qu’il pourrait lire ses notes de temps en temps… Mais lire les paroles pendant les chansons ?! Et la disposition des lutrins avec les feuilles amenaient les interprètes à regarder dans des sens opposés au lieu de regarder l’un vers l’autre. L’effet intimiste des chansons de Gainsbourg n’était pas mis à sa juste valeur.

Parmi les belles de Stefie Shock, quelques-unes avaient participé à l’album sorti il y a quelques mois. Les diverses interprètes de la soirée étaient : Stéphanie Lapointe, Pascale Bussières, Sophie Beaudet (magnifique dans Dépression au-dessus du jardin), Suzy McLelove, Fanny Bloom (une des meilleures de la soirée), Gaële, Valérie Carpentier (qui semble avoir été celle qui a le plus charmé l’audience),  Sonia Cordeau, Anne-Elizabeth Bossé, Laurence Nerbonne, Justine Laberge (épatante dans Laisser tomber les filles et Tandem) et Caroline Dhavernas (que je n’ai pu entendre car j’ai quitté avant la fin).

Au moment où j’ai décidé de quitter l’endroit, le chanteur invitait Sonia Cordeau (Les Appendices) a le rejoindre sur scène. Je me suis arrêtée devant un écran géant à la sortie pour voir ce qu’ils allaient chanter. Malaise. Le duo allait interpréter Bonnie & Clyde. Mais avant de commencer, Stefie Shock précise que le tout est une mise en scène et il en profite pour envoyer ses pensées aux habitants de Orlando. Et on entend, comme effet sonore, des coups de feu, pour bien recréer la manière qu’ont perdu la vie les légendes. Et commence cette mise en scène, où les deux interprètes sont couchés sur un tapis rouge, abattus, mais chantants… Les effets sonores auraient pu prendre le bord, le numéro aurait quand même fait effet. Couchés par terre, quand les spectateurs regardent directement sur la scène, l’effet est nul. Peut-être que de la vue des médias, ceci était magnifique, mais de mon point de vue, non. Déjà, sur l’écran géant, ça passait mieux… mais encore…

Bref, bien que j’aime l’œuvre de Gainsbourg et les arrangements qu’en a fait Stefie Shock, j’ai gardé un goût amer de ce spectacle. Mes coups de cœur de la soirée : Stéphanie Lapointe,  Fanny Bloom, Sophie Beaudet et Justine Laberge.

JONATHAN PAINCHAUD ET SON ROCK

Un peu plus tôt, j’ai assisté au spectacle de Jonathan Painchaud qui avait lieu sur la scène Ford. C’était tout un show et c’est avec ça que j’aurais terminé ma soirée musicale lundi soir dernier. L’auteur-compositeur a offert plusieurs de ses grands succès dont Pousse pousse, Si t’es vivant, Les vieux chums et ses plus récents Belle infirmière et Les héros. C’est surtout les chansons qui composent son dernier opus, La tête haute, sorti plus tôt cette année que le chanteur a interprété, accompagné de ses musiciens. Certainement un artiste que je voudrai revoir en spectacle dans le futur !

 

Rock’n’roll, plaisir et décadence

Les FrancoFolies de Montréal sont belles et bien commencées ! Malgré mon horaire chargé avec l’organisation d’une fête de quartier pour la St-Jean-Baptiste, j’ai décidé cette année que j’allais prendre un peu de temps pour aller voir des spectacles aux FrancoFolies. C’est l’un de mes festival  musical préféré, moi qui est une fan finie de musique francophone. Dans les prochains jours, je vous ferai mon bilan de mes soirées toutes en musique. 

Vendredi dernier, le 10 juin, je suis allée faire un tour aux FrancoFolies pour voir le groupe que j’ai vu le plus souvent sur scène. Parce que je sais que je serai toujours contente d’aller les voir, car ils savent donner tout ce qu’ils ont au public venu les entendre. Je parle ici de Les Respectacles. Le groupe fêtera dans les prochaines semaines leur 25e anniversaire d’existence, et c’est sur la scène Ford aux Francos qu’ils ont lancé leur tournée estivale.

Pour ma part, leur dernier album ne m’avait pas impressionné plus qu’il le faut. Dans mon bilan 2015, j’écrivais ceci :

“Par contre, j’ai aussi vécu une déception en écoutant le nouvel album d’un de mes groupes favoris, Les Respectables (Les Respectables). Le groupe qui célèbre ses 25 ans de carrière ne m’a pas accroché comme à l’habitude avec cet album.  Auparavant, lorsqu’ils sortaient un nouvel album, je l’écoutais en boucle. Ce qui n’est pas le cas avec celui-ci.”

C’est donc avec une envie de redécouvrir le groupe qui m’a accompagné pendant mes années d’études au CÉGEP et à l’université, que j’ai été les voir sur scène dans le Quartier des Spectacles.

Le groupe a enchaîné succès après succès. C’est avec la chanson J’arrive tirée de leur album Quadrosonic. Il y a eu des petits problèmes de “feed” qui ont vite été corrigés. Le groupe a enchaîné avec On fait c’qu’on aime,  L’argent fait le bonheur, 18 ans, Cette fille et As-tu assez d’amour pour en donner ?

Sébastien, le chanteur, a ensuite pris un moment pour rendre hommage au grand Roger Tabra, décédé en mars dernier. Avec lui, Sébastien et Pascal (ex-membre du groupe) avaient écrit la magnifique chanson Plaisir. Une chanson qui est rarement offerte en spectacle par le groupe. Et c’est une de mes préférées de l’album $=bonheur sorti en 1999.

Et puis, le groupe est revenu avec des succès hautement rock’n’roll avec Ma vie à l’heure (La toune de l’ouest), Cambre tes hanches (le chanteur en a profité pour parcourir la foule présente), Amalgame, L’homme 7up (toujours avec la portion reggae rendant hommage aux Colocs) et finalement, pour clore cette heure qui a passé trop vite, la festive Holà Décadence.

Petite déception, le groupe n’a offert aucune chanson tirée des albums Le monde à l’envers (sorti en 2005) et Guacamole (sorti en 2010). Et j’ai trouvé, par moment, que les quatre gars manquaient de chimie entre eux… J’ai déjà vu un show plus chaleureux sur scène. Toutefois, j’ai été heureuse d’assister aux premières Francos avec le groupe de Jean-Sebastien (le guitariste qui s’est joint au groupe il y a maintenant 8 ans). Et aussi de voir le chanteur, Sébastien, jouer du clavier pour une rare fois.

Bref, j’ai adoré les revoir en show et j’en aurais certainement pris plus que 60 minutes ! Je vais certainement essayer de les revoir dès que j’en aurai l’occasion. En attendant, je risque de me remettre à écouter leur discographie complète !

Photo prise lors du spectacle "Fioritudes" présenté dans le cadre des FrancoFolies de Montréal le 10 juin 2016

Photo prise lors du spectacle Fioritudes présenté dans le cadre des FrancoFolies de Montréal le 10 juin 2016

Ensuite…

Après ce spectacle énergisant, je suis allée faire un tour vers la scène Bell, où était présenté le spectacle Fioritudes avec Marie-Pierre Arthur, Ian Kelly, Daniel Lavoie, Alexandre Désilets, Chloé Lacasse et Antoine Gratton. Ils reprenaient les grandes chansons de Serge Fiori. J’y suis restée un court moment mais c’était magnifique ! C’est un spectacle que j’irais voir fort probablement en salle si l’occasion se présentait.

Vers 22 h, je suis allée voir la prestation de Félix Dyotte, qui fait partie de mes coups de coeur musicaux de 2015. Il présentait ses chansons sur la scène Sirius XM. Bien que j’adore écouter ses chansons, je n’ai pas été conquise sur scène. D’abord, le son était vraiment mauvais. On entendait à peine la “back-vocal”, surtout dans le duo Avalanches (chanson que j’adore et qui a été gâché par le son inaudible). Et un micro “feedait” à plusieurs reprises. Je ne suis pas restée jusqu’à la fin, car j’étais déçue par le résultat.