Artiste et sociofinancement

Plusieurs artistes vont se tourner vers le sociofinancement pour les aider à produire un album, que ce soit un EP ou un LP. Au Québec, quelques artistes ont eu ce recours, tels que Cherry Chérie et François Lachance. En fait, il suffit de faire le tour  des plateformes pour constater l’engouement de cette nouvelle manière d’encourager des artistes et des organismes culturels et sportifs (Indiegogo, Haricot et Kiss Kiss Bank Bank). Ce n’est pas nouveau bref !

Annie Villeneuve, qui a déjà 4 albums enregistrés depuis son passage à la célèbre Star Académie en 2003, a lancé sa campagne sur le site La Ruche; site de sociofinancement pour lequel elle est l’ambassadrice. Une tôlée de commentaires a déferlé sur Internet. Certains internautes se sont emballés, déversant leur commentaires négatifs sur la page de présentation de son projet. D’autres l’encourage dans ce nouveau projet d’album. Au moment d’écrire ceci, la chanteuse avait atteint 45% de son objectif (soit un peu plus de 27 000$ d’amassés sur les 60 000$ souhaités).

Réactions du milieu
La comédienne et chanteuse Annie Dufresne s’est d’ailleurs un peu moqué du vidéo de présentation du projet. Je suis en partie d’accord avec elle. Je ne comprends pas la récente mode de nos chanteuses de se garrocher à Nashville pour enregistrer leurs albums. Je sais que cette ville américaine est considérée comme un incontournable pour grands nombres de musiciens. On la surnomme la Mecque du country. Brigitte Boisjoli y est allée pour enregistrer son album hommage à Patsy Cline. Et récemment, Marie-Mai y a commencé l’enregistrement de son nouvel album. Annie Villeneuve ne fait que suivre cette mode de vouloir s’imprégner de la ville country pour son futur opus.

Les Justiciers Masqués ont aussi ridiculisés la chose en tweetant certaines paroles d’un des plus grands succès radiophoniques d’Annie Villeneuve. De son côté, Louis T a indiqué que ceux qui chialent sur cette campagne de sociofinancement auraient mieux à faire de leur vie.

screen-shot-11-19-16-at-08-47-pm

Source : Twitter

Hier, le 18 novembre, la chanteuse Ariane Zita a lancé elle-même un sociofinancement pour pouvoir participer au sociofinancement d’Annie Villeneuve pour devenir choriste sur ledit album. Ariane voulait obtenir une première partie d’un des spectacles pour 500$, mais ceux-ci avaient tous été réclamé par quelqu’un d’autre. Et elle a atteint son objectif en moins de 24 heures. Je lui souhaite de réussir à enregistrer avec l’interprète de Tomber à l’eau, Le sais-tu ? et Rien de mieux à faire. 

Le problème selon moi
Le financement participatif existe depuis quelques années maintenant, mais il est encore méconnu du grand public visiblement, si on se fit à la moitié des commentaires des internautes. Personne n’est obligé de contribué. Qui veut bien le faire, le fait, en échange d’une récompense allant d’un simple remerciement à une prestation VIP chez soi, en passant par la réception de l’album avant tout le monde, d’un album autographié ou des billets pour le lancement. J’en ai vu et j’ai contribué à certains financement du genre.

La majorité des campagnes de sociofinancement que j’ai vue était faite par des artistes qui n’ont pas d’agents, pas de maisons de disque derrière eux, etc. Ils autoproduisent leur album, de A à Z, de la pré-production à la post-production. Ici, Annie Villeneuve est toujours avec Musicor et elle a toute une équipe derrière elle (attaché de presse et agent de spectacle). C’est là, la principale chose qui me titille. Je comprends le système des subventions du gouvernement et tout le tralala. Probablement qu’elle est la première d’une longue liste d’artistes déjà établis qui auront recours à ce type de financement. Qui sait ?

Les forfaits
Je ne comprends pas encore le premier forfait qui offre la possibilité d’avoir une performance musicale exclusive (mariage, party, etc.) a un montant indéterminé. Sur le site, il est à 1$, car elle était obligée de mettre un montant. Mais le coût de cette offre peut varier d’une demande à l’autre. Pourquoi ne pas avoir mis un gros montant pour cette “récompense” !? Beaucoup plus simple à gérer.

Ensuite, celle à 20$, qui donne la chance aux participants de peut-être accompagner la chanteuse à l’ADISQ 2017 (en plus d’avoir leur nom dans les remerciements de l’album). C’est écrit de contribuer plusieurs fois pour maximiser ses chances de gagner… J’ai un petit malaise avec ça. Elle devrait offrir quelque chose d’autre comme la copie numérique de l’album. Personnellement, quand je paye pour encourager un artiste dans son projet, je veux m’assurer que j’ai quelque chose de concret en retour. Pas juste mon nom d’imprimer dans une pochette d’album… Pour l’accompagnement à l’ADISQ, j’aurais mis 1 contribution possible avec un montant plus élevé aussi. C’est à partir du 30$ que les récompenses commencent à avoir du sens, et c’est probablement ce montant que je donnerais si je voulais contribuer à son financement participatif.

Oh ! Et à la question Comment justifiez-vous le montant demandé ?, elle a seulement inscrit : “J’ai fait un budget”. Me voilà convaincue ! (sarcasme) Ça aurait juste été intéressant qu’elle indique ce qu’implique les frais pour enregistrer son album là-bas (réalisateur, location de studio, technicien de son, musiciens, etc), sans nécessairement indiquer les montants.

Ceci étant dit, je lui souhaite de réussir à aller enregistrer son album à Nashville, si c’est ce qu’elle souhaite (même si je pense qu’elle pourrait obtenir la vibe country dans bien des villes et villages du Québec), que ce soit avec cette campagne de financement participatif ou non. En attendant de voir si elle réussira à obtenir son 60 000$, je vais écouter sa chanson C’est ça la vie (parce que j’aime bien le résultat).

 

Au revoir Leonard Cohen

La nouvelle a été une onde de choc. Le grand poète montréalais, Leonard Cohen, est décédé hier (le 10 novembre) à l’âge de 82 ans. Il y a moins d’un mois, il lançait son nouvel album You want it darker. Il se rajoute à la longue liste des grands de la musique disparus depuis le début de l’année 2016. Un autre artiste que je regrette de ne pas avoir eu la chance de voir en spectacle au moins une fois dans ma vie. Il était un grand ambassadeur de la musique d’ici à traver le monde entier.

Depuis hier soir, mon fil d’actualité défile des chansons de cet auteur-compositeur-interprète d’exception. Les HallelujahSo Long Marianne, Waiting for the miracle, The partisan, I’m your man, Everybody Knows et plusieurs autres.

À la suite de cette triste nouvelle, plusieurs médias ont décidés de proposer une liste de chansons à écouter (ou réécouter). Entre autres, sur ICI Musique, Ariane Cipriani propose une liste de 10 chansons incontournables de Cohen. Il y a aussi Alexandre Turcotte qui en a concocté une pour son site Ton Barbier.

Pour ma part, sa chanson Hallelujah demeure mon incontournable. La voici, interprétée par cet immortel de la musique. Reposez en paix monsieur Cohen, votre musique bercera pour toujours nos vies !

 

Premier gala de l’ADISQ

C’est hier soir, le 27 octobre, qu’a eu lieu la remise des Félix du Premier gala de l’ADISQ. Et pour animer cette première édition de ce gala diffusé à Télé-Québec, Sébastien Diaz, qui en était aussi à sa première animation du gala. Claude Rajotte reprenait son rôle de maître de cérémonie pour une seconde année.

Le public a eu droit à d’excellentes performances. En ouverture de festivités, c’est le groupe Les Trois Accords qui a foulé la scène du Metropolis. On a aussi eu la chance d’entendre Bernard Adamus ( avec “Donne-moi z’en” dans une version très groovy), Boogat avec Pierre Kwenders, Brigitte Boisjoli & Guylaine Tanguay, Fred Fortin (avec la magnifique chanson L’Oiseau) et The Barr Brothers (avec Half Crazy).

Du côté des gagnants, François Pérusse a gagné 2 trophées pour son Album du peuple – Tome 10 (Album de l’année – Meilleur Vendeur & Album ou DVD de l’Année – Humour). Le magnifique vidéoclip de Noël partout de Safia Nolin s’est mérité le Félix du Vidéoclip de l’année.

Le spectacle Les Morissette a gagné le Félix du Spectacle de l’année – Humour. En venant chercher le trophée, Louis Morisette a souligné sa gêne à prendre ce trophée dans un gala qui devrait être consacré à 100% à la musique. D’autant plus que le Gala des Oliviers remet un prix semblable. Et je ne peux qu’approuver son commentaire. Je comprends que les humoristes font partis de l’ADISQ (Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo), mais ils ont maintenant une soirée qui récompense les membres de cette industrie. L’ADISQ devrait se concentrer sur la musique.

Les autres gagnants :

  • Album de l’année – Country : Nous de Renée Martel & Patrick Norman
  • Album de l’année – Musique du monde : Neo-reconquista de Boogat
  • Album de l’année – Hip Hop : Love Suprême de Koriass
  • Album de l’année – Musique électronique : Chronicles of the Wasteland de Le Matos (musique du film Turbo Kid)
  • Album ou DVD de l’année – Jeunesse : La Guerre des Tuques 3D , réalisé par Eloi Painchaud & Jorane
  • Album de l’année – Adulte contemporain : Tokyo de Ingrid St-Pierre
  • Album de l’année – Traditionnel : 3/4 Fort de Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs
  • Album de l’année – Alternatif : Sorel Soviet So What de Bernard Adamus
  • Album de l’année – Réinterprétation : Patsy Cline de Brigitte Boisjoli
  • Album de l’année – Anglophone : Roses de Coeur de Pirate
  • Album de l’année – Classique / Orchestre ou grand ensemble : Mahler 10 de l’Orch. Metropolitain avec Yanick Nézet-Séguin
  • Album de l’année – Classique / Soliste ou petit ensemble : Chopin de Charles-Richard Hamelin
  • Album de l’année – Jazz : Spring de Susie Arioli
  • Album de l’année – Instrumental : West Trainz de Erik West-Millette
  • Album de l’année – Choix de la critique : Ultramarr de Fred Fortin
  • Spectacle de l’année – Anglophone : Love songs for robot de Patrick Watson
  • Artiste s’étant le plus illustré hors Québec : Half Moon Run

C’est dimanche, le 30 octobre, que les derniers prix seront remis lors du Gala de l’ADISQ, diffusé sur les ondes de ICI Radio-Canada Télé et animé par Louis-José Houde.

Un vidéoclip country imposant

Mardi dernier, un mash-up dans lequel on peut entendre des chanteurs qui ont eu, qui ont toujours ou qui ont actuellement du succès dans la musique country a fait son apparition sur le Web. Le titre de cette oeuvre : Forever Country. On peut y reconnaître, entre autres, la merveilleuse chanson I will always love you de Dolly Parton.

La chanson a été créée pour souligner les 50 ans des Country Music Awards (CMA) qui auront lieu le 2 novembre prochain. Voici la vidéo :

L’arrangement des chansons est magnifique. Outre I will always love you, on peut y entendre Take me home, country roads de John Denver et On the road again de Willie Nelson. Trois chansons très différentes à la base, mais qui finalement, ensemble, donnent un résultat impressionnant. C’est Shane McAnaally qui a produit le tout.

Ce sont 30 gagnants de prix CMA qui ont participé à ce vidéoclip réalisé par Joseph Kahn. On y entend Willie Nelson, Dolly Parton, John Denver, Little Big Town, Carrie Underwood, Blake Shelton, Keith Urban, Miranda Lambert, Lady Antebellum, Eric Church, Tim McGraw, Faith Hill, Martina McBride, Reba McEntire, Alabama, Brooks & Dunn, Darius Rucker, Rascal Flatts, Alan Jackson, Brad Paisley, Kacy Musgraves, Jason Aldean, Luke Bryan, Vince Gill, George Strait, Ronnie Milsap, Charley Pride, Dierks Bentley, Brett Eldredge et Trisha Yearwood.

J’ai beaucoup aimé regarder le “making-of” de ce vidéoclip cinq étoiles ! C’est le 2 novembre prochain à 20 h sur les ondes de ABC qu’on découvrira les gagnants des 50e Country Music Awards (CMA).

 

 

ADISQ 2016: Les nominations sont dévoilées

Le Gala de l’ADISQ aura lieu le 30 octobre prochain à la salle Wilfrid-Pelletier (à la Place des Arts) et c’est Louis-José Houde qui en assurera l’animation pour une 11e édition. C’est hier, le 14 septembre, que le dévoilement des nominations a eu lieu. Je viens d’y jeter un coup d’oeil.

Plus tôt aujourd’hui, j’avais lu le billet de la chroniqueuse musicale de La Presse, Émilie Côté. Elle mentionnait que trois des chansons nommées dans la catégorie Chanson de l’année avaient été nommées l’an dernier. Elle a obtenu des explications de l’ADISQ; tant qu’une chanson demeure au sommet des palmarès et qu’elle n’a pas gagné le prix, elle peut être nommée… Ainsi, Rien à faire de Marie-Pierre Arthur, Oublie-moi (Carry On) de Coeur de Pirate et Si tu reviens de Louis-Jean Cormier sont pour une deuxième année consécutive nommées. L’explication est louable. Mais, j’ai l’impression que ça illustre bien une réalité des artistes francophones qui ont de la difficulté à retrouver leur chanson dans les ondes radios. Ce sont trois artistes que j’aime beaucoup, leurs albums font partis de mes coups de coeur, mais n’y a-t-il pas d’autres artistes qui auraient pu y être ? D’ailleurs, dans son billet, la chroniqueuse rappelle les nommés de 2015. Ariane Moffatt (Miami) et Jean Leloup (Voyageur) sont nommés cette année encore, mais avec de nouvelles chansons. La moitié des artistes dans cette catégorie y était l’an dernier. Je suis toutefois heureuse de voir Philippe Brach (Chrystel) et Pierre Flynn (Le dernier homme) nommés dans cette catégorie. Le duo 2Frères (Nous autres), Marc Dupré (Ton départ) et Yann Perreau (J’aime les oiseaux) complètent la liste. C’est le public qui votera pour la chanson de l’année le soir de la cérémonie télévisée.

ÉVÉNEMENTS HORS MONTRÉAL
En regardant les nominations dans la catégorie Événement de l’année, je constate qu’il semble être difficile d’être un événement d’envergure hors Montréal et se retrouver dans cette liste. Et si je me fis aux archives, que j’ai remontée jusqu’à 2011, c’est une tendance d’avoir un seul événement qui ne se déroule pas majoritairement dans la métropole dans les nommés. Cette année, le Festival de musique émergente de l’Abitibi-Témiscamingue se retrouve nommé au côté du Coup de coeur Francophone, les FrancoFolies de Montréal, le Festival International de Jazz de Montréal et Montréal en Lumières.

DÉCOUVERTES MUSICALES
L’une de mes catégories favorites de ce gala, c’est la Révélation de l’année. Cette année, je suis impressionnée d’y voir Charles-Richard Hamelin, un excellent pianiste classique. Il y a aussi la fabuleuse Safia Nolin qui, selon moi, remportera ce trophée. Les autres nommés : 2Frères, Rémi Chassé et Erik West-Millette. Je ne connais pas ce dernier, mais je vais m’empresser à le découvrir, d’autant plus que j’ai vu son nom apparaître à plusieurs reprises dans les  nominations.

L’autre gagnant que j’ai hâte de découvrir, c’est celui de l’Album de l’année – Choix de la critique. Cette année, ce sont 5 excellents artistes qui se trouvent nommés dans cette catégorie. On y retrouve Philippe Brach (Portraits de famine), Fred Fortin (Ultramarr), Koriass (Love Suprême), Safia Nolin (Limoilou) et Erik West-Millette (West Trainz).

LELOUP vs LELOUP
Jean Leloup se retrouve en compétition contre lui-même dans quelques catégories pour ses spectacles Jean Leloup et son orchestre en concert à Paradis City et Le fantôme de Paradis City. D’abord dans la catégorie Spectacle de l’année – Auteur-compositeur-Interprète où il se retrouve avec Louis-Jean Cormier (Les grandes artères), Pierre Flynn (Sur la terre) et Marie-Mai (Marie-Mai en résidence). Et puis, dans Concepteur d’éclairage de l’année, Jean-François Couture, qui a conçu les éclairages pour les deux versions du spectacle de Leloup, se retrouve nommé contre lui-même, ainsi que Félix Desrochers (Patrick Watson), Maxine Drury (Coeur de Pirate) et Mathieu Roy (Koriass). Finalement, dans Metteur en scène de l’année, Jean Leloup est nommé pour ses deux spectacles en compagnie de Nico Archambault (Roses – Coeur de Pirate), Yann Perreau (Piaf a 100 ans. Vive la môme ! – Artistes variés) et Benoit Poupart et Félix Desrochers (Love songs for robots – Patrick Watson).

NOMINATIONS
Voici quelques-unes des autres catégories. Vous pouvez voir la liste complète des nominations sur le site de Palmarès ADISQ. 

Auteur-compositeur de l’année
Bernard Adamus
Philippe Brach
Fred Fortin (prédiction)
Koriass
Sarah Toussaint-Léveillée (mon choix)

Album de l’année – Folk
Sept jours en mai – Artistes variés
Ma route – Laurence Jalbert
4488 de l’amour – Les soeurs Boulay (mon choix)
Limoilou – Safia Nolin (prédiction)
Les nouveaux horizons – Richard Séguin

Album de l’année – Pop
Nous autres – 2Frères
Les femmes comme des montagnes – Philémon Cimon
XO – Laurence Nerbonne
Trente – Karim Ouellet (mon choix + prédiction)
Le fantastique des astres – Yann Perreau

Album de l’année – Rock
Bodh’Aktan – Bodh’Aktan
Debout dans l’ombre – Rémi Chassé (mon choix)
Ultramarr – Fred Fortin (prédiction)
Octobre – Les Cowboys Fringants
Joie d’être gai – Les Trois Accords

Album de l’année – Country
Du côté bleu du ciel – Véronique Labbé
Au fil des avenues – Les Bouches Bées (mon choix)
Réflexion – Les Jumelles Barabé
Épouvantails – Les Revenants
Nous – Renée Martel & Patrick Norman (prédiction)

Album de l’année – Hip Hop
Brown – Brown
Message texte à Nelligan – D Track
Love Suprême – Koriass (mon choix + prédiction)
Océan – Manu Militari
Argent Légal – Rednext Level

Album de l’année – Adulte contemporain
Volcano – Jason Bajada
Céleste – Céleste Lévis
La maison du monde – Catherine Major
Tokyo – Ingrid St-Pierre (prédiction)
L’amour, la guerre – Renée Wilkin (mon choix)

Album de l’année – Alternatif
Sorel Soviet So What – Bernard Adamus
Île Jésus – Bernhari (mon choix)
Portraits de famine – Philippe Brach (prédiction)
Coma – Les Goules
Touche-moi pas là – Les Hôtesses d’Hilaire

Réalisateur de disque de l’année
Amylie Boisclair pour Les éclats d’Amylie
Emmanuel Dubois & Philippe Brault pour Love Suprême de Koriass (mon choix)
W. Spicer, N. Basque & M. Woodley pour Waltzed in from the rumbling de Plants and Animals
Eric Villeneuve pour Sorel Soviet So What de Bernard Adamus
Erik West-Millette pour West Trainz d’Erik West-Millette (prédiction)

Arrangeur de l’année
Bernard Adamus & Eric Villeneuve pour Sorel Soviet So What
Jacques Kuba Séguin pour Litania Projekt avec le Quatuor Bozzini
Misc pour Misc
W. Spicer, N. Basque & M. Woodley pour Waltzed in from the rumbling
Erik West-Millette, Olaf Gundel & Martine H Crispo pour West Trainz

Pochette d’album de l’année
Mathieu Jacques pour Comme si nous étions déjà libres de Organ Wood
Rachel Lecompte & Gabriel Lefebvre pour Limoiloui de Safia Nolin
Samuel Murdock pour Coma de Les Goules
Stéphane Poirier pour Love Suprême de Koriass
Pier-Philippe Rioux pour Portraits de famine de Philippe Brach

VOTE DU PUBLIC
Il est présentement possible de voter pour le Groupe ou duo de l’année (2Frères, Galaxie, Les Cowboys Fringants, Les soeurs Boulay ou Les Trois Accords), l’Interprète féminine de l’année (Marie-Pierre Arthur, Laurence Jalbert, Marie-Mai, Safia Nolin ou Ingrid St-Pierre) et l’Interprète masculin de l’année (Louis-Jean Cormier, Marc Dupré, Pierre Lapointe, Jean Leloup ou Fred Pellerin).

L’ADISQ 2016, c’est 274 nominations qui comprennent 116 artistes et 89 artisans et professionnels de l’industrie de la musique et de l’humour. Encore une fois cette année, les prix seront remis durant trois cérémonies disctinctes. Outre le grand événement du dimanche soir, le Gala de l’Industrie, animé par Claudine Prévost, aura lieu le 27 octobre à 17h, puis à 20h, en direct du Metropolis, Sébastien Diaz animera le Premier Gala de l’ADISQ. Rendez-vous à la fin octobre pour le dévoilement des gagnants !

 

 

Voter pour Céline Dion

Il y a quelques mois, Céline Dion et son équipe annonçaient un concours pour les auteurs-compositeurs francophones qui aimeraient entendre une de leur chanson sur le prochain album en français de la chanteuse. Une occasion en or pour plusieurs auteurs-compositeurs. Plus de 4000 chansons ont été reçues ! De ce nombre, 25 ont été sélectionnées et se retrouvent dans l’étape finale de sélection, celle du vote public. Oh oui ! Depuis ce matin, et ce jusqu’au 27 novembre, les fans de la chanteuse peuvent voter pour la chanson qu’ils aimeraient le plus entendre sur le nouvel opus. Un belle variété de thèmes et de styles se retrouvent dans cette courte liste.

Je viens de terminer l’écoute des 25 démos. Je suis assez épatée par le talent qu’on retrouve dans la francophonie. Je trouve que cette idée de Céline et son équipe est fabuleuse. Elle permet, même si leur chanson ne gagne pas, une belle visibilité à ces auteurs-compositeurs. Je ne serais pas étonnée de voir certaines de ces chansons non-gagnantes, trouver preneur ailleurs par la suite.

J’ai fait mon top 7 des meilleures chansons. Les voici, sans ordre précis. Pour les curieux, c’est ici que vous pouvez entendre les 25 démos : http://votecelinedion.com/

  • Je te donnerai tout de Julien Assayah (j’ai trouvé la démo très accrocheuse et je pense que Céline pourrait se l’approprier sans trop de changements dans les arrangements)
  • Et pourtant de Marie-Claude Petit (Une chanson parfaite pour Céline ! Superbes paroles et mélodies. J’y verrai une chorale d’enfants pour les “Ouh, ouh, ouh” en arrière-plan)
  • Dis-moi quelque chose de Berny Bérubé (J’ai beaucoup apprécié la démo, simple. Très beau texte.)
  • Ta vie de Danielle Arsenault & Marc Sarrasin (Je l’écoutais et j’imaginais un duo. Chanson très entraînante et pop)
  • Le voilier blanc de Christian Thomas & Gisèle Filion (Magnifiques paroles et mélodie !)
  • Je reste là de Dominique Bouffard (Le ‘beat’ est intéressant et la chanson très accrocheuse. Moi, j’achète !)
  • Dans ta chaleur de Nini Marcelle (Superbe chanson !)

J’ai beaucoup aimé écouter toutes les démos. J’ai trouvé intéressant de voir le style de chacun, sa façon de présenter sa chanson. Certains sont allés dans la simplicité. D’autres, beaucoup d’arrangements, d’effets. Et je ne sais pas, mais en écoutant la démo de A la plus haute branche de Daniel Picard, j’entendais Marie-Élaine Thibert interpréter cette chanson plutôt que Céline. Ou encore, la chanson Je commence à m’y faire de Véronick Le Luyer, j’entendais Laurence Jalbert. Enfin…

C’est le 1er décembre qu’on connaîtra la chanson préférée des fans ! Je souhaite bonne chance à tous les auteurs-compositeurs sélectionnés et continuez à écrire de si belles chansons !

Un automne musical dans les pots Mason

IMAG2046

Joannie Benoit à son lancement

Mercredi dernier a eu lieu le lancement du premier album de l’Acadienne Joannie Benoit. Comme plusieurs d’entre vous, je l’ai découverte pendant la 5e édition de Star Académie. Ça fait déjà trois ans de cela ! Ça passe vite.

Je vous avouerai que j’ai commencé à vraiment aimer la voix de Joannie, sa couleur, lorsque je l’ai entendu sur la chanson On ira qui se retrouve sur l’album officiel des académiciens. Pendant son passage à l’Académie, je la trouvais bonne interprète, mais il manquait quelque chose pour vraiment m’accrocher.

Et comme c’est souvent le cas après des émissions du genre, je découvre vraiment l’artiste après coup. Lorsque l’artiste commence à présenter son propre matériel.

Il y a quelques mois, elle avait lancé son premier extrait radio Jusqu’au lever du soleil (écrite par Mathieu Lippé et Marc Papillon-Ferland). J’avais aimé ce que j’entendais. Et puis, il y a quelques temps, c’est un second extrait radio qui est sorti. Un duo avec François Lachance, lui aussi ex-académicien. Le titre : Dans une autre vie. Elle l’a interprété au lancement. Je la trouve aussi bonne sur disque qu’en spectacle. Il faut dire que j’aime beaucoup le style d’écriture de l’auteure-compositeure Andréanne A Malette, qui est derrière cette chanson. Bref, un premier coup de cœur sur l’album.

Mercredi soir, Joannie a aussi interprété Vaudou. J’aimais ce que j’ai entendu et je prédisais un possible extrait radio. Par contre, je ne sais pas pourquoi, mais la version de l’album n’a pas le même effet. La chanson est excellente ; le texte, la musique et les arrangements, rien à redire. Mais c’est dans l’interprétation que quelque chose ne semble pas assuré. Toutefois, cette chanson demeure un ver d’oreille. Je l’ai eu dans la tête toute la journée le lendemain.

Pour terminer sa courte prestation, Joannie a fait la chanson qui a inspiré le titre de l’album, Dans un pot Mason. Cette chanson vient me chercher complètement. J’avais le motton en l’entendant au lancement, j’ai le même ‘feeling’ en écoutant la version album.

IMAG2045

Joannie Benoit & François Lachance

Mon coup de cœur pour les arrangements musicaux, parce qu’en plus il y a du violoncelle, c’est la chanson Un peu de sable, un peu de sel (écrite par Ève Déziel et Michel Rivard). Ça fait quelques fois que je l’écoute et à chaque fois, j’ai des frissons.

Au final, je trouve que Joannie Benoit offre un premier opus d’une très bonne qualité. Je suis toujours impressionnée quand un artiste autoproduit son premier album. Elle a de quoi être fière. D’autant plus qu’une belle brochette d’auteurs et compositeurs ont contribués au contenu de ce disque.

photo_00009

Avec ma copie de l’album

C’est à mon avis, un album parfait pour accompagner cette fin d’été et le début de l’automne, période de l’année idéale pour remplir nos pots Mason.

Mes coups de cœur : Oregon ; Dans une autre vie ; Un peu de sable, un peu de sel ; Tout reste à faire ; Dimanche ; et Dans un pot Mason.

Pour plus d’informations sur ces prochains spectacles :
Facebook
Twitter
Instagram
Site Web 

Changer d’air avec Maxime McGraw

C’était la première fois que je mettais les pieds au Cabaret Lion d’Or hier soir. Très belle salle. Ambiance chaleureuse. Je trouve que c’est une bien bel endroit pour faire un lancement d’album. Et c’est pour ça que j’y étais. Maxime McGraw lançait son deuxième album solo, Changer d’air. Un album pop qui est clairement adapté pour les ondes radios, réalisé par Ian Kelly.

J’aimais beaucoup de premier extrait, la chanson titre de l’album. Un hit signé Virginie Bilodeau & Marc Déry! C’est d’ailleurs avec cette chanson qu’il a commencé sa prestation, après avoir été présenté par son comparse acadien, Wilfred LeBouthillier. Il a ensuite fait la chanson Parfait (écrite par Samuel Gélinas-Roy & David Brunet). Cette chanson est accrocheuse et certainement un autre hit radio en devenir. Et il a par la suite fait ses chansons Naufrage et Plus la route est longue.

album changer d'air mcgrawL’album

Au moment d’écrire ses lignes. J’écoute l’album au complet pour la première fois. J’ai des coups de coeur assuré, autres que Changer d’air et Parfait. J’aime beaucoup On n’y peut rien, J’y pense, D’un bord à l’autre, Naufrage et Plus la route est longue. Le duo avec Marie-Élaine Thibert est aussi très bon (Jamais loin).

Pour cet album, l’interprète qui co-signe la chanson Juste pour une bière avec Bruno Labrie, a pu compter sur la collaboration de plusieurs auteurs et compositeurs remarquables dont Marc Dupré, Etienne Drapeau, François Lachance, Viviane Audet, Robin Joël Cool, Éric Maheu et Jean-François Breau. Il a même deux chansons composées par son guitariste Jean-Philppe Audet (Seul Ici Bas & Parce que je t’aime).

Au lancement…

Plusieurs artistes étaient présents pour encourager le chanteur, dont Simon Morin, Carole-Anne Gagnon-Lafond, Vincent Lemay-Thivierge, Annie Blanchard, Bruno Labrie, Ian Lee, les soeurs Sabrina et Stéphanie Barabé, Frédérique Cyr-Deschênes, William Cloutier, Elise Larouche (du duo Eli & Papillon), Martin Rego et Mathieu Provençal.

Vidéo du lancement sur Webpresse : http://www.webpresse.ca/media/550a2f96db05d/maxime-mcgraw-changer-dair