Les flèches jaunes d’Amélie Dubois

Lors de la parution du premier roman d’Amélie Dubois (Chick Lit – La consoeurerie qui boit du champagne), j’étais intriguée par cette nouvelle auteure. J’étais dans une phase où je me plongeais dans les romans de ce genre. Et j’ai été fidèle en me procurant les romans suivants (la série Chick Lit, Oui je le veux… et vite !, Ce qui se passe au Mexique reste au Mexique). J’ai aussi acheté Ce qui se passe au congrès reste au congrès, mais je ne l’ai pas encore ouvert. Je suis devenue lasse. Le genre se répétant. Je me demandais si elle pouvait offrir quelque chose de nouveau. Peut-être était-ce aussi que ses romans se multipliaient à la vitesse de l’éclair (elle a lancé 12 romans en 6 ans, ce qui fait en moyenne 2 par année). Je dois avouer que je l’admire pour ça. J’ai peine à me remettre dans la réécriture de mon premier roman qui traîne depuis 4 ans déjà…. Enfin, j’avais besoin d’aller voir ailleurs ; de lire d’autres auteurs, d’autres styles littéraires.

Et les flèches jaunes arrivèrent… 

Puis, à l’automne dernier, j’ai vu qu’elle sortait un nouveau roman : La fois où… j’ai suivi les flèches jaunes. J’ai un intérêt pour le chemin de Compostelle, depuis que j’ai lu Le Pélerin de Compostelle de Paulo Coelho, mon auteur favori. Et je trouvais que le titre détonnait de ses autres romans ; je trouvais ça intriguant. Alors, je me le suis procuré, quelques mois après sa sortie. Je l’avais commencé au printemps, mais faute de temps, j’ai dû remettre la lecture complète à plus tard. C’est fait ! Je l’ai dévoré !

Nouvelle lecture qui m'accompagne ds mes trajets de métro #chicklit #livre #lecture #lafoisoù #jaisuivilesflèchesjaunes

A post shared by Marie-Claude Caron (@marieccaron) on

Dans ce récit romancé, elle reprend ses personnages que l’on côtoyait dans la série Chick Lit. Plus précisément, Mali Allison. Dès les premières pages, on retrouve l’univers coloré de cette grande voyageuse, avec l’humour qui a teinté ses aventures précédentes. Elle décide, sur un coup de tête, de partir faire le chemin de Compostelle. Elle y fera des rencontres déterminantes qui l’aideront dans ses quêtes spirituelle, physique et personnelle. Elle y décrit le parcours, en y démontrant les embûches qui peuvent être rencontrées, mais aussi les bons côtés. En lisant les péripéties de la protagoniste, l’envie de faire le chemin moi-même s’est grandement confirmée.

Excellente lecture pour la période estivale. Ce roman démontre bien l’évolution de l’auteure depuis la parution de son premier roman en 2011. J’ai bien hâte de lire la suite de ce roman qui est le premier de ce qui semble être une nouvelle série.

Mes découvertes de Mars

Il a été long. J’ai passé la moitié du mois malade. Je suis donc très heureuse que le mois de mars soit chose du passé. Par contre, comme j’ai été malade et que j’ai dû prendre congé quelques jours de suite, j’en ai profité pour faire quelques découvertes.

True Detective

J’avais acheté le coffret de la première saison il y a un certain temps. Je ne l’avais pas encore écouté, malgré les bons commentaires que j’avais lu sur cette série télévisée sortie en 2014. C’est maintenant chose faite. Je suis encore bouleversée par l’histoire ; la trame. J’aime beaucoup voir Matthew McConaughey dans ce type de rôle, plus dramatique, plus sombre. Et que dire de la performance de Woody Harrelson qui est sérieusement épatante. L’histoire est prenante : elle nous amène dans une enquête sur un présumé meurtrier en série. Alors qu’il pense l’avoir trouvé, les deux détectives (McConaughey et Harrelson) passent à autre chose. Jusqu’à ce qu’ils se fassent interroger pour un crime semblable, et ce des années plus tard. Ils décident, bien malgré eux, de se remettre à la recherche du tueur. La série est captivante du début à la fin. J’avoue avoir mis les sous-titres pour être sûre de bien comprendre tout ce qui se disait. Je comprends l’anglais, mais parfois, avec certains accents, j’ai de la misère.  Le scénario, la réalisation, les images, la musique, tout est beau. Je n’hésiterai pas à réécouter cette série. Cette première saison met aussi en vedette l’excellente Michelle Monaghan, ainsi que Michael Potts, Tory Kittles et Kevin Dunn.

Je n’ai pas vu la deuxième saison, sortie en 2015, et dans laquelle on retrouve Colin Farrell, Vince Vaughn, Rachel McAdams, Kelly Reilly et Taylor Kitsch. Selon ce que j’ai lu, l’accueil a été moins enthousiaste. Mais je me fis rarement aux critiques. Je préfère me faire une idée par moi-même. Des fois, mon appréciation va complètement à l’opposé. Et une troisième saison est toujours dans les projets de la chaîne HBO. À suivre…

2Cellos et l’album Score

Je me rappelerai toujours de la journée que je les ai découvert. Le duo de violoncellistes accompagnait nul autre que le grand Elton John, qui offrait un spectacle sur les Plaines d’Abraham dans le cadre du Festival d’été de Québec (FEQ). C’était en 2011. Il y a six ans déjà.

Enfin… Depuis, je suis une fan de ce duo de violoncellistes. Ils sont beaux, ils sont charismastiques, ils sont épatants et ils sont talentueux ! Les nombreuses vidéos que 2Cellos partage sont autant des interprétations d’oeuvres classiques (Beethoven, Rossini, Bach, Vivaldi) que populaires (AC/DC, Michael Jackson, U2 ou Coldplay).

Leur nouvel opus présente des oeuvres tirées de films et de séries télévisées. Le duo est accompagné par le London Symphony Orchestra. En écoutant cet album, je me suis dit que le duo y faisait ce que j’aurais aimé faire quand je jouais moi-même du violoncelle. Jouer les mélodies principales des grandes oeuvres cinématographiques. Par exemple, le thème de Schindler’s List, qui est souvent interprété par un(e) violoniste. Ici, interprétée par le violoncelle, ça me donne encore plus de frissons. Ça me rappelle de très beaux souvenirs.

On peut aussi y entendre un medley de la série de l’heure Game of Thrones, la célèbre chanson My heart will go on du film Titanic, la pièce thème de Rain Man, ainsi que des pièces de Cinema Paradiso, The Godfather, Cbariots of Fire et plusieurs autres.

Voici le vidéoclip pour leur version de Now We Are Free tiré du film Gladiator. 

Dans mon jukebox

Pendant que l’hiver tirait à sa fin (il s’est terminé spectaculairement — toute une tempête nous a frappé), j’ai aussi acheté quelques chansons d’artistes d’ici que j’aime beaucoup et qui ont sorti (depuis) ou qui sortiront un album en 2017.

  • La dernière chicane du groupe La Chicane qui renaît pour l’été afin d’offrir une tournée célébrant les 20 ans du groupe. Comme je me plais à dire, ils le font “Juste pour voir le monde” au quatre coins de la province.
  • J’y vais de Valérie Lahaie. Je n’ai pas trop écouté son premier opus, mais j’ai tout de suite accroché sur premier extrait de son prochain album.
  • Au matin du lendemain de Vincent Vallières.
  • Reste de Simon Morin. Une chanson accrocheuse parfaite pour accompagner ce début de printemps.
  • Ma Voix interprétée par les quatres coachs de La Voix (Isabelle Boulay, Pierre Lapointe, Éric Lapointe et Marc Dupré). Cette chanson écrite par Catherine Major est captivante et superbe.

Je n’avais pas fait de bilan pour février, alors voici quelques chansons qui m’ont séduites et que je vous recommande :

  • Fou de l’auteure-compositeure-interprète Andréanne A Malette. J’aime toujours autant sa plume.
  • Quand tu danses de Valérie Daure. Une chanson qui défoule !
  • Loving Game de Peter Peter
  • Nouveau Sidobre de Barbagallo. Une belle découverte !
  • Aimons-nous du grand Yvon Deschamps reprise par La Bronze, Karim Ouellet et Ariane Moffatt. Magnifique !
  • Ne me quitte pas de Jacques Brel reprise par Wyclef Jean. C’est un incontournable de 2017 à mon avis. Je me tanne pas de l’écouter.

A bientôt !

Mes découvertes de janvier

Janvier est terminé. Voici mes coups de coeur littéraire, télévisuel et musical de ce premier mois.

Chanson douce de Leïla Slimani (Gallimard) 

C’est au Salon du Livre de Montréal qu eje me suis procurée ce roman gagnant du Prix Goncourt 2016. J’avais commencé la lecture à la fin novembre. Le début était assez dur. J’ai eu besoin de prendre une pause. J’ai finalement replongé dans l’histoire pendant les Fêtes. J’étais incapable de m’arrêter. Une écriture directe et accrocheuse.

Microphone (diffusé sur Télé-Québec / Produit par Zone3)

Cette émission a seulement 4 épisodes, mais j’en aurais pris beaucoup plus. Louis-Jean Cormier et ses musiciens (Alex McMahon, Mathieu Désy et Marc-André Larocque) reçoivent leurs collègues et leurs proposent des réarrangements de certaines de leurs chansons. Ainsi, on découvre des chansons avec une nouvelle couleur, une autre vision. Le tout est ensuite présenté, dans une ambiance très chaleureuse, devant public. J’ai eu un coup de coeur instantané dès la première émission avec Fanny Bloom, Patrice Michaud et Daniel Lavoie. Et j’ai beaucoup ri dans l’épisode avec Vincent Vallières, dans lequel ce dernier donne la frousse à l’hôte (Louis-Jean Cormier) en commentant les arrangements proposés pour la chanson L’amour c’est pas pour les peureux. Autre segment très intéressant : le partage des coups de coeur récents des invités. Les autres artistes à avoir participer à ce projet : Marie-Pierre Arthur, Fred Fortin, Marjo, Yann Perreau, Alex Nevksy, Diane Tell, Dumas, Laurence Jalbert et Karim Ouellet. Les quatre épisodes sont disponibles en webdiffusion.

Popdejam Artistes variés

Cet album est une compilation des meilleurs moments de l’émission Pop de Jam qui était diffusée sur les ondes de MusiquePlus. La maison de disque Simone Records est derrière ce projet. On y retrouve de superbes reprises de chansons de France D’Amour (Animal par Stéphanie Lapointe), de Mitsou (Les Chinois par Claude Bégin), de Jean-Pierre Ferland (Le chat du café des artistes par Philippe Brach), de Laurence Jalbert (Corridor par Antoine Corriveau), de Martine St-Clair (Ce soir l’amour est dans tes yeux par Geoffroy), de Joe Bocan (Repartir à zéro par Peter Henry Phillips), de Luc de Larochelière (Si fragile par Karim Ouellet) et de Pierre Flynn (Sur la route par Philippe B). C’est une compilation originale et qui revisite merveilleusement bien ces chansons. On peut revoir les premiers épisodes ici!

Les chansons de janvier

  • L’itinérant  de Samian – Il a décidé de lancer une nouvelle chanson à tous les mois et de les offrir gratuitement. C’est à son père qu’il a dédié ce premier extrait de son prochain album Le Messager. Une chanson magnifique qui décrit la réalité de l’itinérance.
  • I give you power de Arcade Fire ft Mavis Staples – Le groupe montréalais a décidé de lancé cette nouvelle chanson la journée même où le nouveau Président des États-Unis entrait en fonction officiellement. Un message clair destiné à l’homme qui a chamboulé le monde en se faisant élire à l’automne dernier.
  • Bad Luck de Vincent Vallières – C’est le premier extrait de son prochain album qui sortira en mars prochain.
  • Dangerous de The XX – C’est un extrait tiré de leur troisième album I see you sorti le 13 janvier dernier.
  • À l’envers de Sophie Pelletier – J’avais beaucoup aimé son premier album. Et voilà qu’elle annonce la sortie d’un nouvel opus pour avril. Et cette chanson en est le premier extrait. J’aime beaucoup !

L’envoûtante Rosie Valland

Ça s’est décidé mardi soir dernier. Une de mes soeurs m’a proposé d’aller voir le dernier spectacle de la tournée de Rosie Valland. J’y ai vu une belle occasion de découvrir cette artiste sur scène et, par le fait même, de fêter le début de  ma semaine de vacances.

C’est à la Sala Rossa sur le boulevard Saint-Laurent que l’auteure-compositeure-interprète a présenté ce spectacle qui clôt une tournée de plus de 60 spectacles qui l’a menée un peu partout au Québec, en France et en Belgique.

La chanteuse et ses deux musiciens, Jean-Philippe et Frédéric Levac, étaient installés au centre de la salle. Tout autour, les spectateurs étaient assis ou debout. La chanteuse a expliqué en début de spectacle qu’elle a voulu recréer l’ambiance qui règne lorsqu’elle “jam” avec ses musiciens chez elle. Une mise en scène très intimiste où on a l’impression d’avoir accès à un moment privilégié. Le trio a été rejoint pour quelques chansons par Jesse Mac Cormack, un musicien qui a beaucoup inspiré la chanteuse.

Rosie Valland a une voix qui nous accroche et qui nous fait vibrer. Elle a quelque chose qui vient nous arracher les tripes par moment. Elle a une voix qui captive autant sur disque qu’en “live”. Le spectacle n’a duré qu’une heure, on en aurait pris plus sans hésiter. J’avais entendu son album par bride. Là, j’ai pu entendre une bonne partie de celui-ci. J’ai eu un gros coup de coeur pour sa chanson Olympe qui est inspirée de Olympe de Gouges, considérée comme la première féministe française. J’ai beaucoup aimé St-Denis et sa courte chanson Sinon également.

La suite

C’est en Europe qu’elle va aller enregistrer son prochain album. Elle ne sait pas encore vers où elle ira ; qu’elle a le goût, comme artiste, d’explorer divers sons, de ne pas rester ancrée dans un style musical.

En attendant

On réécoute son excellent premier album Partir Avant, on découvre sa courte chanson Sinon (disponible en téléchargement gratuit), on écoute cette prestation enregistrée dans le cadre de l’émission BRBR présentée sur TFO et on regarde ses vidéoclips sur sa chaîne YouTube.

www.rosievalland.com
Facebook
Bandcamp
YouTube

Bilan musical 2016

L’année 2016 a été dure envers des légendes de la musique. Ces nombreuses pertes nous ramènent de nombreux souvenirs reliés aux chansons des artistes, mais aussi nous amènent des regrets de ne pas avoir eu la chance de les voir une fois en spectacle. Heureusement, leur musique reste.

Le 2 janvier, Michel Delpech, auteur-compositeur-interprète français, est le premier d’une longue liste a nous quitté. Le même jour, Marcel Barbeau, peinte et sculpteur décède.

D’ailleurs : l’acteur Michel Galabru (4 janvier), le compositeur Pierre Boulez (5 janvier), le chanteur David Bowie (10 janvier), l’acteur britannique Alan Rickman (14 janvier), le drummer Dale Griffin (18 janvier), Paul Kantner de Jefferson Airplane (28 janvier), le groupe pop indie Viola Beach (14 février), l’auteur Umberto Eco (19 février), Keith Noel Emerson de ELP (11 mars), le chanteur Prince (21 avril), John Berry des Beastie Boys (19 mai), la chanteuse pop Christina Grimmie (10 juin),  la chanteuse soul Sharon Jones (18 novembre), Greg Lake de Emerson, Lake & Palmer (7 décembre), le comédien Alan Thicke (13 décembre), l’actrice Zsa Zsa Gabor (18 décembre), le chanteur George Michael (25 décembre), l’actrice Carrie Fisher (27 décembre) et l’actrice Debbie Reynolds (28 décembre).

D’ici : René Angélil (14 janvier), le comédien Claude Michaud (21 février), le parolier Roger Tabra (11 mars), le chroniqueur Jean Lapierre (29 mars), le producteur Jean Bissonnette (29 mars), la comédienne Rita Lafontaine (4 avril), le dramaturge Marcel Dubé (7 avril), le chanteur Pierre Lalonde (21 juin), la comédienne Louise Rémy (3 juillet), le comédien André Montmorency (5 juillet),  le comédien René Caron (16 juillet), la chanteuse Lucille Dumont (29 juillet), le réalisateur André Melançon (23 août), le chanteur Bob Bissonnette (4 septembre), le journaliste sportif Lionel Duval (30 septembre), le poète Leonard Cohen (7 novembre), le bluesman Bob Walsh, l’auteure Anique Poitras (19 décembre), l’humoriste Dominique Lévesque (20 décembre) et la peintre Corno (21 décembre).

Mes découvertes de 2016

Lisbonne Télégramme et leur album Miroir d’automne. Je connaissais le groupe et j’avais entendu un extrait quelques mois plus tôt. Mais grâce à la Liste de Noël de Poulet Neige, j’ai pu découvrir l’album complet. Un coup de coeur instantané !

Modern Space avec leur EP Before Sunrise. J’ai d’abord accroché sur la chanson Pen to Paper avant de me procurer tous les titres. Du rock comme j’aime !

Fjord avec les chansons Jealous, Blue, Irrational et Shapes. J’ai découvert ce duo par l’émission Fabriqué au Québec diffusée sur les ondes de MusiquePlus.

Édwar 7 avec leur chanson Quand ton coeur casse. C’est un groupe à surveiller en 2017 alors qu’il devrait sortir un album.

Cindy Bédard et son album Coeur sédentaire. Une belle découverte qui a confirmé mon amour pour le country.

Balmoral avec la chanson Vertige. Bien que le groupe existe depuis 2009 et qu’il a 4 EP et 2 albums à son actif, c’est en 2016 que je l’ai découvert.

Beyries avec J’aurai cent ans qui nous a permis de découvrir le talent d’auteur du comédien Maxime Le Flaguais. On a aussi découvert la chanson Je pars à l’autre bout du monde dans une scène de Unité 9 dans laquelle le personnage de Céline Bonnier (Suzanne) quitte la prison de Lietteville.

Sandy Duperval et sa chanson Addicted. Bien que je l’ai connu, comme bien d’autres gens, à Star Académie. Avec cette chanson, je l’ai découvert de nouveau avec son style très énergique et dansant.

Mes albums préférés de 2016

Je n’ai pas acheté beaucoup d’album cette année. Je me suis davantage procuré des chansons par-ci, par-là. (Vive l’ère numérique !)

Les EP : 

  • Rois de nous (EP) – La Bronze
  • Maryanne Côté (EP) – Maryanne Côté
  • Mon bordel (EP) – Ariane Laniel
  • Sorry Eyes (EP) – Aliocha
  • Est-ce que tu m’entends (EP) – Édwar 7
  • Jeunes Instants (EP) – Paupière
  • Ton garage (EP) – Gabrielle Goulet
  • The Northern South Vol 1 (EP) – Whitehorse

Les LP :

  • Solitudes – Matt Hubolowski
  • Trolls – Original Motion Picture Soundtrack – Artistes variés dont Justin Timberlake, Anna Kendrick et Gwen Stefani
  • Salut Sylvain ! – Artistes variés dont Les soeurs Boulay, Émile Proulx-Cloutier, Michel Rivard et Isabelle Boulay
  • Chapeau Monsieur Lévesque ! – Artistes variés dont Nanette Workman, Luce Dufault, Mélanie Renaud et Koriass.
  • Coeur Sédentaire  – Cindy Bédard
  • Dépanneur Pierrette – Sara Dufour
  • Before Sunrise – Modern Space
  • Reprises Vol. 1 – Safia Nolin
  • Christmas Party – She & Him

Top chansons

Pour une troisième année, je vais présenter les 30 chansons qui ont le plus souvent joué dans mes oreilles. On y retrouve, entre autres, Jipi Dalpé, Zaz, Blake Shelton, Ingrid St-Pierre, Fred Fortin, Gwen Stefani, Paupière, AlunaGeorge, Zedd & Kesha, Marie-Eve Roy, Sia et Sarah Toussaint-Léveillée.

Et j’ai bien hâte à 2017 pour de nouvelles découvertes et du nouveau matériel d’artistes que j’apprécis. Bonne fin d’année à tous !

 

Artiste et sociofinancement

Plusieurs artistes vont se tourner vers le sociofinancement pour les aider à produire un album, que ce soit un EP ou un LP. Au Québec, quelques artistes ont eu ce recours, tels que Cherry Chérie et François Lachance. En fait, il suffit de faire le tour  des plateformes pour constater l’engouement de cette nouvelle manière d’encourager des artistes et des organismes culturels et sportifs (Indiegogo, Haricot et Kiss Kiss Bank Bank). Ce n’est pas nouveau bref !

Annie Villeneuve, qui a déjà 4 albums enregistrés depuis son passage à la célèbre Star Académie en 2003, a lancé sa campagne sur le site La Ruche; site de sociofinancement pour lequel elle est l’ambassadrice. Une tôlée de commentaires a déferlé sur Internet. Certains internautes se sont emballés, déversant leur commentaires négatifs sur la page de présentation de son projet. D’autres l’encourage dans ce nouveau projet d’album. Au moment d’écrire ceci, la chanteuse avait atteint 45% de son objectif (soit un peu plus de 27 000$ d’amassés sur les 60 000$ souhaités).

Réactions du milieu
La comédienne et chanteuse Annie Dufresne s’est d’ailleurs un peu moqué du vidéo de présentation du projet. Je suis en partie d’accord avec elle. Je ne comprends pas la récente mode de nos chanteuses de se garrocher à Nashville pour enregistrer leurs albums. Je sais que cette ville américaine est considérée comme un incontournable pour grands nombres de musiciens. On la surnomme la Mecque du country. Brigitte Boisjoli y est allée pour enregistrer son album hommage à Patsy Cline. Et récemment, Marie-Mai y a commencé l’enregistrement de son nouvel album. Annie Villeneuve ne fait que suivre cette mode de vouloir s’imprégner de la ville country pour son futur opus.

Les Justiciers Masqués ont aussi ridiculisés la chose en tweetant certaines paroles d’un des plus grands succès radiophoniques d’Annie Villeneuve. De son côté, Louis T a indiqué que ceux qui chialent sur cette campagne de sociofinancement auraient mieux à faire de leur vie.

screen-shot-11-19-16-at-08-47-pm

Source : Twitter

Hier, le 18 novembre, la chanteuse Ariane Zita a lancé elle-même un sociofinancement pour pouvoir participer au sociofinancement d’Annie Villeneuve pour devenir choriste sur ledit album. Ariane voulait obtenir une première partie d’un des spectacles pour 500$, mais ceux-ci avaient tous été réclamé par quelqu’un d’autre. Et elle a atteint son objectif en moins de 24 heures. Je lui souhaite de réussir à enregistrer avec l’interprète de Tomber à l’eau, Le sais-tu ? et Rien de mieux à faire. 

Le problème selon moi
Le financement participatif existe depuis quelques années maintenant, mais il est encore méconnu du grand public visiblement, si on se fit à la moitié des commentaires des internautes. Personne n’est obligé de contribué. Qui veut bien le faire, le fait, en échange d’une récompense allant d’un simple remerciement à une prestation VIP chez soi, en passant par la réception de l’album avant tout le monde, d’un album autographié ou des billets pour le lancement. J’en ai vu et j’ai contribué à certains financement du genre.

La majorité des campagnes de sociofinancement que j’ai vue était faite par des artistes qui n’ont pas d’agents, pas de maisons de disque derrière eux, etc. Ils autoproduisent leur album, de A à Z, de la pré-production à la post-production. Ici, Annie Villeneuve est toujours avec Musicor et elle a toute une équipe derrière elle (attaché de presse et agent de spectacle). C’est là, la principale chose qui me titille. Je comprends le système des subventions du gouvernement et tout le tralala. Probablement qu’elle est la première d’une longue liste d’artistes déjà établis qui auront recours à ce type de financement. Qui sait ?

Les forfaits
Je ne comprends pas encore le premier forfait qui offre la possibilité d’avoir une performance musicale exclusive (mariage, party, etc.) a un montant indéterminé. Sur le site, il est à 1$, car elle était obligée de mettre un montant. Mais le coût de cette offre peut varier d’une demande à l’autre. Pourquoi ne pas avoir mis un gros montant pour cette “récompense” !? Beaucoup plus simple à gérer.

Ensuite, celle à 20$, qui donne la chance aux participants de peut-être accompagner la chanteuse à l’ADISQ 2017 (en plus d’avoir leur nom dans les remerciements de l’album). C’est écrit de contribuer plusieurs fois pour maximiser ses chances de gagner… J’ai un petit malaise avec ça. Elle devrait offrir quelque chose d’autre comme la copie numérique de l’album. Personnellement, quand je paye pour encourager un artiste dans son projet, je veux m’assurer que j’ai quelque chose de concret en retour. Pas juste mon nom d’imprimer dans une pochette d’album… Pour l’accompagnement à l’ADISQ, j’aurais mis 1 contribution possible avec un montant plus élevé aussi. C’est à partir du 30$ que les récompenses commencent à avoir du sens, et c’est probablement ce montant que je donnerais si je voulais contribuer à son financement participatif.

Oh ! Et à la question Comment justifiez-vous le montant demandé ?, elle a seulement inscrit : “J’ai fait un budget”. Me voilà convaincue ! (sarcasme) Ça aurait juste été intéressant qu’elle indique ce qu’implique les frais pour enregistrer son album là-bas (réalisateur, location de studio, technicien de son, musiciens, etc), sans nécessairement indiquer les montants.

Ceci étant dit, je lui souhaite de réussir à aller enregistrer son album à Nashville, si c’est ce qu’elle souhaite (même si je pense qu’elle pourrait obtenir la vibe country dans bien des villes et villages du Québec), que ce soit avec cette campagne de financement participatif ou non. En attendant de voir si elle réussira à obtenir son 60 000$, je vais écouter sa chanson C’est ça la vie (parce que j’aime bien le résultat).

 

Au revoir Leonard Cohen

La nouvelle a été une onde de choc. Le grand poète montréalais, Leonard Cohen, est décédé hier (le 10 novembre) à l’âge de 82 ans. Il y a moins d’un mois, il lançait son nouvel album You want it darker. Il se rajoute à la longue liste des grands de la musique disparus depuis le début de l’année 2016. Un autre artiste que je regrette de ne pas avoir eu la chance de voir en spectacle au moins une fois dans ma vie. Il était un grand ambassadeur de la musique d’ici à traver le monde entier.

Depuis hier soir, mon fil d’actualité défile des chansons de cet auteur-compositeur-interprète d’exception. Les HallelujahSo Long Marianne, Waiting for the miracle, The partisan, I’m your man, Everybody Knows et plusieurs autres.

À la suite de cette triste nouvelle, plusieurs médias ont décidés de proposer une liste de chansons à écouter (ou réécouter). Entre autres, sur ICI Musique, Ariane Cipriani propose une liste de 10 chansons incontournables de Cohen. Il y a aussi Alexandre Turcotte qui en a concocté une pour son site Ton Barbier.

Pour ma part, sa chanson Hallelujah demeure mon incontournable. La voici, interprétée par cet immortel de la musique. Reposez en paix monsieur Cohen, votre musique bercera pour toujours nos vies !

 

Célébrer la musique d’ici

Il y a maintenant une semaine qu’a eu lieu le 38e gala de l’ADISQ. Bien qu’il s’agit avant tout d’une occasion de célébrer la musique d’ici, tout genre confondu, l’après gala a surtout porté sur les remerciements et l’habillement de la superbe Safia Nolin. Je ne m’étendrai pas longtemps sur le sujet. Safia Nolin s’est mérité le prix de Révélation de l’année. J’ai capoté sur son authenticité, sa sincérité et son originalité dans ces remerciements. Je préfère de loin une artiste qui sacre comme elle, qu’un (e) artiste qui semble lire le télésouffleur avec un discours répété 100 fois avant. Et pour l’habillement, j’ai toujours perçu l’habillement des artistes dans ce gala comme une façon pour eux de s’exprimer, sans avoir à se confomer à une idéologie vestimentaire requise. Voilà.

Et la musique dans tout ça ? On a eu droit à de belles performances musicales de nos artistes. Ma préférée demeure celle avec Safia Nolin et les Soeurs Boulay qui ont interprétées La laideur (chanson de la première) et Les couteaux à beurre (chanson des secondes).

J’ai aussi beaucoup aimé entendre Ingrid St-Pierre chanter la maginifique Tokyo Jellybean avant de rejoindre Koriass pour chanter la chanson Zombies. Un duo qui nous a permis de découvrir un petit côté “bad-ass” à Ingrid. Et la performance festive de Les Cowboys Fringants avec leur chanson Marine Marchande en compagnie de Frannie Holder (du groupe Random Recipe) et le groupe Musique à Bouche m’a donné le goût de les revoir en show.

Parmi les autres performances : Richard Séguin, qui a ouvert le gala avec sa chanson Le manteau, avant d’être rejoint par le duo de l’heure, 2 Frères, qui ont interprété Nous autres. Ingrid St-Pierre et Koriass ont suivi, puis Yann Perreau est venu terminé cette ouverture musicale avec Baby Boom.

Plus tard, nous avons eu droit à Coeur de Pirate qui est venu chanter sa superbe chanson Crier tout bas. Toujours pas convaincue de son nouveau trip de danseuse contemporaine. Pour ma part, j’aurais enlevé le micro sur pied pour prendre un micro casque parce que les aller-retours vers le micro cassaient un peu le rythme et l’effet.

Prestation historique de Plume Latraverse qui est venu “lancer” son nouvel album en même temps. Il a chanté Vieux Os accompagné d’un guitariste et d’un contrebassiste. Une chanson au style rockabilly. On devrait le voir plus souvent !

On aussi eu droit à une prestation de musique classique avec Charles-Richard Hamelin qui a offert un extrait de la Polonaise no.6 “Héroïque” en la bémol majeur, op.53 de Frédéric Chopin.

Hommage à René Angélil 
J’ai aimé l’hommage à René Angélil. On a eu droit au trio Véronic DiCaire, René Simard et André-Philippe Gagnon venus interpréter deux succès du groupe Les Baronets, duquel était membre M. Angélil. Est-ce que tu m’aimes ? et C’est fou mais c’est tout. 

Puis, Ginette Reno est venue chanter Ça va mieux et Je suis qu’une chanson avant que Céline vienne chercher le trophée. Celle-ci a clôturé le segment hommage en chantant magnifiquement Avec le temps de Léo Ferré.

Cet hommage a par contre éclipsé d’autres disparus, tel que Bob Bissonnette, mort tragiquement au début de septembre. Un chanteur aimé par plusieurs québécois. Et aussi, Lucille Dumont, Pierre Lalonde, Francis Mondoux, Gilles Brown, Guy Harvey et le grand parolier, Roger Tabra.

Et les gagnants sont…
Parmi les gagnants, des surprises et d’autres plus prévisibles. Pour remettre les prix, mon duo préféré a été Philippe Brach et Andréanne Sasseville (qui a eu droit à une belle ovation) venu remettre le prix de Révélation de l’année. Un beau moment ; touchant et vrai. Il y a eu aussi Laurence Jalbert, France Beaudoin, Philippe Fehmiu, Renée Wilkin, Kevin Bazinet, Florence K, Karim Ouellet, Mario Pelchat et le président de l’ADISQ, Claude Larrivée.

Album de l’année – Populaire
Nous autres de 2 Frères

Album de l’année – Rock
Octobre – Les Cowboys Fringants

Album de l’année – Folk
4488 de l’Amour – Les soeurs Boulay

Spectacle de l’année – Auteur-compositeur
Le fantôme de Paradis City – Jean Leloup solo

Spectacle de l’année – Interprète
Plus tard qu’on pense de Fred Pellerin

Auteur-compositeur de l’année
Fred Fortin pour son album Ultramarr

Groupe ou Duo de l’année
2Frères

Chanson de l’année
Ton départ  de Marc Dupré (auteure : Amélie Larocque / compositeur : Marc Dupré)

Interprète féminine de l’année
Marie-Mai

Interprète masculin de l’année
Jean Leloup

 

Premier gala de l’ADISQ

C’est hier soir, le 27 octobre, qu’a eu lieu la remise des Félix du Premier gala de l’ADISQ. Et pour animer cette première édition de ce gala diffusé à Télé-Québec, Sébastien Diaz, qui en était aussi à sa première animation du gala. Claude Rajotte reprenait son rôle de maître de cérémonie pour une seconde année.

Le public a eu droit à d’excellentes performances. En ouverture de festivités, c’est le groupe Les Trois Accords qui a foulé la scène du Metropolis. On a aussi eu la chance d’entendre Bernard Adamus ( avec “Donne-moi z’en” dans une version très groovy), Boogat avec Pierre Kwenders, Brigitte Boisjoli & Guylaine Tanguay, Fred Fortin (avec la magnifique chanson L’Oiseau) et The Barr Brothers (avec Half Crazy).

Du côté des gagnants, François Pérusse a gagné 2 trophées pour son Album du peuple – Tome 10 (Album de l’année – Meilleur Vendeur & Album ou DVD de l’Année – Humour). Le magnifique vidéoclip de Noël partout de Safia Nolin s’est mérité le Félix du Vidéoclip de l’année.

Le spectacle Les Morissette a gagné le Félix du Spectacle de l’année – Humour. En venant chercher le trophée, Louis Morisette a souligné sa gêne à prendre ce trophée dans un gala qui devrait être consacré à 100% à la musique. D’autant plus que le Gala des Oliviers remet un prix semblable. Et je ne peux qu’approuver son commentaire. Je comprends que les humoristes font partis de l’ADISQ (Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo), mais ils ont maintenant une soirée qui récompense les membres de cette industrie. L’ADISQ devrait se concentrer sur la musique.

Les autres gagnants :

  • Album de l’année – Country : Nous de Renée Martel & Patrick Norman
  • Album de l’année – Musique du monde : Neo-reconquista de Boogat
  • Album de l’année – Hip Hop : Love Suprême de Koriass
  • Album de l’année – Musique électronique : Chronicles of the Wasteland de Le Matos (musique du film Turbo Kid)
  • Album ou DVD de l’année – Jeunesse : La Guerre des Tuques 3D , réalisé par Eloi Painchaud & Jorane
  • Album de l’année – Adulte contemporain : Tokyo de Ingrid St-Pierre
  • Album de l’année – Traditionnel : 3/4 Fort de Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs
  • Album de l’année – Alternatif : Sorel Soviet So What de Bernard Adamus
  • Album de l’année – Réinterprétation : Patsy Cline de Brigitte Boisjoli
  • Album de l’année – Anglophone : Roses de Coeur de Pirate
  • Album de l’année – Classique / Orchestre ou grand ensemble : Mahler 10 de l’Orch. Metropolitain avec Yanick Nézet-Séguin
  • Album de l’année – Classique / Soliste ou petit ensemble : Chopin de Charles-Richard Hamelin
  • Album de l’année – Jazz : Spring de Susie Arioli
  • Album de l’année – Instrumental : West Trainz de Erik West-Millette
  • Album de l’année – Choix de la critique : Ultramarr de Fred Fortin
  • Spectacle de l’année – Anglophone : Love songs for robot de Patrick Watson
  • Artiste s’étant le plus illustré hors Québec : Half Moon Run

C’est dimanche, le 30 octobre, que les derniers prix seront remis lors du Gala de l’ADISQ, diffusé sur les ondes de ICI Radio-Canada Télé et animé par Louis-José Houde.

Des histoires vraies

 

François Lachance a lancé son deuxième album lundi dernier (le 3 octobre) dans une salle comble au National. Le public présent a découvert quelques titres qui composent ce nouvel opus produit grâce à une campagne de socio-financement lancée sur la plateforme Kickstarter par l’auteur-compositeur-interprète en mai dernier. L’objectif de départ a été atteint et l’album a pu sortir.

Il y a quelques années, dans le temps de son passage à la célèbre Star Académie, le comparatif avec un de ses prédecesseurs était là, pour ses textes et pour son style. Quatre ans plus tard, on ne peut que constater que François Lachance a trouvé son style, sa voix.

20161003_181330

Histoires vraies est un album qui dévoile l’étendue de son registre vocal notamment avec la chanson Crazy (Cette vie) qu’il a interprété au lancement. Une chanson dynamique et accrocheuse qui fait partie de mes coups de coeur. J’ai aimé la version sur scène et j’aime la version sur disque.

La chanson Tu tournes dans ma tête  qui a été le premier extrait dévoilé au courant de l’été est une chanson qui reste dans la tête. Un bon ver d’oreille qui se retrouve aussi dans mes coups de coeur de l’album.

On retrouve une petite touche ‘blues’ dans les arrangements et dans la mélodie  des chansons L’être inaccessible et Au coin de la rue. Deux magnifiques chansons mélancoliques qui vont sûrement jouer en boucle dans mes oreilles dans les prochaines semaines.

Lors du lancement, il a expliqué avoir écrit La lettre à la suite d’un suicide de quelqu’un de proche. Un sujet difficile à aborder mais qui est approché d’une belle façon dans cettte chanson.

Alma : François Lachance a été choisi pour créer et interpréter la chanson thème des festivités du 150e anniversaire d’Alma, sa ville natale. C’est une belle chanson hommage à cette ville.

Histoires vraies est un album pop qui promet de faire son chemin dans les radios avec plusieurs titres prometteurs. Et il risque de faire son chemin sur les scènes du Québec aussi, car pour avoir vu le résultat sur scène lors du lancement, je sens que ça va donner un bon show sur scène aussi.

album2_francoislachance

Le lancement
Au lancement, c’est Bryan Audet qui a présenté le chanteur sur scène. Une belle présentation qui témoignait de la grande amitié qu’a développé les deux lors de leur passage à Star Académie.

Outre Bryan Audet, quelques autres ex-académiciens étaient venus encourager leur comparse, dont Mike Lee, Andréanne A Malette, Jean-Marc Couture, Sophie Pelletier, Simon Morin, Rich Ly et Maxime Proulx.

Vous pouvez voir un aperçu du lancement sur sa chaîne YouTube.

Facebook : @FrançoisLachanceOfficiel
Twitter : @lechence
Instagram : @lechence